Ils persévéraient tous en la doctrine des Apôtres,

et en la communion et la fraction du pain, et dans les prières.

 

1er novembre 2015

https://i.ytimg.com/vi/oTS6Jaza9MA/maxresdefault.jpg

 

 

 

 

Recevez par courriel chaque semaine une méditation biblique

 

Image de fond écran

 

 

·        

Le Repas du Seigneur

 

Christ, notre Pâque, a été immolé pour nous.  C’est pourquoi, célébrons la fête

1 Corinthiens 5.7-8

 

 

Lors du dernier repas de la Pâque de Jésus avec les douze, il a institué une nouvelle pratique qui allait remplacer le repas pascal, c’est le repas du Seigneur, ce que plusieurs nomment la Cène.   Nous constatons dans les Évangiles que « comme ils mangeaient, Jésus prit du pain, et ayant rendu grâces, il le rompit et le donna à ses disciples et dit: Prenez, mangez, ceci est mon corps. » (Mat 26.26).   « De même, après avoir soupé, il leur donna la coupe, en disant: Cette coupe est la nouvelle  alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. " (Luc 22.20).   Cette invitation de Jésus de se souvenir de Lui doit être un rituel que l’ensemble de l’Église doit reproduire.  Paul nous enseigne dans 1 Corinthiens 11 qu’à chaque fois que nous participons à ce repas nous annonçons la mort du Seigneur Jésus jusqu’à son retour (1  Co 11.26).

 

La pratique du Repas du Seigneur dans le Nouveau Testament

 

L’église de Jérusalem pratiquait le Repas du Seigneur.  La première mention de ce repas se trouve dans Actes 2.42 et 46.  La pratique de la Cène avait lieu dans les maisons des disciples.  L’histoire de l’église démontre que pendant les trois premiers siècles, tel était la manière de prendre le Repas du Seigneur.  Ils se souvenaient du Seigneur en prenant leur nourriture avec joie et simplicité de cœur (Actes 2.46).  Ce passage nous démontre, contrairement à la pratique moderne, que la Cène était un véritable repas.  D’ailleurs, le mot grec pour « Cène » signifie un repas du soir, un festin.  Affirmer que la Cène n’est que la prise d’un petit morceau de pain et d’une petite coupe de vin ne retrouve pas de fondement dans les Écritures. 

Plus loin dans les Écritures, nous remarquons que l’église de Corinthe avait un certain problème dans sa façon de prendre le Repas du Seigneur : il y avait certains croyants qui déshonoraient le Seigneur en prenant la communion indignement.  Paul nous dit qu’ils avaient des divisions parmi eux, contrairement à l’église de Jérusalem.   Nous voyons que les Corinthiens se hâtaient de prendre leur repas alors que d’autres avaient faim (1 Co 11.21).  Paul, pour corriger cette situation, leur a exigé de s’attendre les uns les autres pour ce qui est de prendre le Repas (v. 33), sinon que chacun mange chez soi afin de ne pas attirer un jugement sur eux (v. 34).

 

Avantages du Repas du Seigneur

 

Prendre le Repas du Seigneur nous amène à fixer les regards, dans un premier temps, sur l’œuvre de Christ à la croix, mais par la même occasion, vers les noces de l’agneau, où nous aurons la joie de retrouver notre Sauveur, qui reprendra alors du fruit de la vigne.  Cela fait en sorte que nous avons un portrait complet sur l’œuvre rédemptrice de Christ, qui a pris nos péchés pour nous racheter et qui viendra nous prendre comme épouse et nous emmener dans les lieux célestes.  En prenant ce Repas, nous témoignons de notre communion avec le corps et le sang de Jésus-Christ (1 Cor 10.16).  Ce repas ne doit pas être centré uniquement vers les souffrances de Christ à la croix, oui, il faut être conscient de cela, mais nous devons prendre conscience du résultat de son amour pour nous, notre salut!  Si Dieu a permis que son unique Fils passe par la croix, il n’a pas accepté qu’il demeure dans le séjour des morts et il a fait en sorte que Jésus soit aujourd’hui avec Lui dans la gloire céleste.  Le Repas du Seigneur doit nous permettre de célébrer l’accomplissement du plan de Dieu dans nos vies par le moyen de la justification par la foi en Jésus notre Sauveur et Seigneur!

En ayant donc communion avec le corps de Christ, nous avons par la même occasion communion avec l’ensemble de l’église.  Oui, l’église est également le corps de Christ.  Paul, en parlant de ce sujet, nous dit «Parce qu’il n’y a qu’un seul pain, nous qui sommes plusieurs, sommes un seul corps ; car nous sommes tous participants du même pain.»  (1 Co 10.17)  En prenant la Cène, le festin du Seigneur, nous exprimons notre lien commun, étant unis en Christ dans son corps.

Le Repas du Seigneur est également un temps béni pour la communion fraternelle.  C’est en effet une occasion unique d’apprendre à mieux se connaitre, à connaitre les besoins de chacun et un temps de qualité favorisant l’édification commune du Corps de Christ. La question à se demander pour bon nombre de chrétiens est « Pourquoi donc dois-je me contenter de prendre le Repas du Seigneur autrement que ce que le Seigneur nous a demandé de faire? » 

 

Sylvain Bigras

Actes2.42.net  est une gracieuseté de

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : logo toisuismoi.ca